dimanche 13 octobre 2019

Semaine du 13 octobre 2019

Les jours heureux

Si nombreux
Si clairs
La lumière des saisons 
La lumière des années


Véronique

© Véronique Poussart 2019

dimanche 6 octobre 2019

Semaine du 6 octobre 2019

Toi

Au bord de l’étang
Ne reste qu’une chaise

Les reflets sur l’eau
En arabesques tristes
Me chuchotent tendrement
Tes mots amoureux
Aujourd’hui passés


Véronique

© 2019 Veronique Poussart

dimanche 29 septembre 2019

Semaine du 29 septembre

Les plaques tectoniques

L’imperceptible travaille en douce
Glisse et se faufile
Millimètre par millimètre
Un jour suivant l’autre

Et la vie continue en surface
Comme si rien n’altérait les contours
À peine une ou deux fissures
De minuscules craques

Mais il est tout à coup
Une seconde
Chargée de toutes les impétuosités
Dans un fracas terrifiant
Elle cisaille et transperce

Plus rien ne sera comme avant
On regarde les arbres penchés
Les ruisseaux creusent un nouveau lit
Là-bas la montagne se fait un dos rond

Que m’as-tu dit donc
Que m’as-tu dit
À ce moment-là?


Véronique

© Véronique Poussart 2019

dimanche 22 septembre 2019

Semaine du 22 septembre 2019

Partir Rester


Il faisait frais
Un vent léger courait sur l’eau
Soulevant de minuscules vaguelettes

Une grande île en face
Des voiliers au plus près
Au fond du paysage d’autres îles
Se soulevaient de terre
Remorquées par des nappes de brume

De mon banc
J’observais un travailleur
Peignant patiemment
D’un rouge éclatant
Les jonctions des passerelles
Mise en garde
Avant la mise à l’eau

Puis un goéland a tracé de son ombre
Le parc fraîchement coupé
Dégarni des dernières fleurs
Un papillon s’est envolé
Lui aussi

Bien sûr
Je ne me suis pas envolée
Tout simplement
Le cœur calmé
Je me suis levée
Et j’ai quitté en douce
Ni vue ni connue

Véronique 

©  véronique Poussart 2019

dimanche 15 septembre 2019

Semaine du 15 septembre 2019

Les collines de l'enfance

Elles n’existent plus qu’en mémoire
Les feuilles fragiles du passé
Se sont envolées

Je les revoie pourtant
Enveloppantes
Glissant dans l’air bleuté et humide
Au bord de la nuit
Les premiers éclats du jour
Fissurant leurs formes mystérieuses

Entre les silhouettes alanguies
Les bruits rares et feutrés
Toujours quelque chose
La vie en arrière
Les rues un peu pentues
Le sac un peu lourd
Des premiers 2 et 2 font 4

Cahiers d’une nature innocente
Les saules au loin
Leurs feuilles vert de gris
Colchiques dans les prés
C’est la fin de l’été


Véronique
©  Véronique Poussart  2019

dimanche 8 septembre 2019

Semaine du 8 septembre 2019

Un ouragan parmi d'autres


Des îles lointaines
Mais sous trajectoire
Des maisons et des vies
Hachées menues
Par les déferlantes

Les quarantièmes rugissants
Se sont offerts l'Atlantique
En terrain de jeux
Et tout s’est disloqué

Chavirés les cœurs
Chavirés les barques
Goût amer des recommencements
Courage en havre-sac
À porter pour longtemps

Quel imbécile a dit
Ce n’est rien ce n’est rien
Quel imbécile!


Véronique Poussart 
© Véronique Poussart 2019

Pour plus d'information  sur l'artiste, cliquer ici: veroniquepoussart.com

dimanche 1 septembre 2019

Semaine du 1er septembre 2019

Rentrée scolaire *

* Pour Tristan

29 août
Lever à l’aube
Sacs en rangée
Sac de sport
Sac de cahiers
Sac de crayons
Sac carottes pommes
Sac jambon biscuits

Une cour d’école
Comme une grande boîte de rires
De retrouvailles
De parents attentifs
De grands-parents bienveillants

Une classe
En bureaux neufs
En prénoms collés
La vue sur les arbres

Dans le gymnase
Jouant seul au ballon
Un prof sportif
Rêve aux joutes futures

Ce n’est qu’un début
Car il n’est pas encore septembre
Les devoirs la mémoire
Ce sera pour plus tard

En attendant
Tristan Jordan et Félix sont là
C’est la fête!

Véronique

©  Véronique Poussart  2019

Pour plus d'information, cliquer ici : 


dimanche 25 août 2019

Semaine du 25 août 2019

Groenland

Les maisons de couleur résistent
Éparpillées
Entre la toundra 
Et les glaces

Groenland
À la une depuis peu
Convoitée
Désirée
Marchandée
Comment a-t-on dit
Stupide proposition

Comme si tout s’achetait
Et se négociait
Comme si le pouvoir 
Octroyait tous les droits

Semblables à celles
Des terres isolées
Les couleurs font rempart
Dans le blanc
Pourvu qu’il en reste
Et des givres et des banquises...


Véronique

dimanche 18 août 2019

Semaine du 18 août 2019

Fragments d'un été

Quelques glaces
Framboise vanille
Praliné chocolat

Des champs colza
Trèfle seigle
Vous me le dites
La lavande
Ce sera l’an prochain

Difficile de mettre les jours en bouteilles
Tous les couchers moirés
En photos
Tous les livres sur la table

C’est sans bruit
Que l’on cueille les petits fruits
Part d’inconnu
De chaque aujourd’hui


Véronique
©  Véronique Poussart  2019

dimanche 11 août 2019

Semaine du 11 août 2019

Nuages et balivernes

Sous les cumulus
Les grains se forment
Impétueux et brefs

Au pas de course
On range les outils
Et ferme les carreaux

À l’horizon
Glissent les cirrus
Alanguis et discrets
Sans y prendre garde
Il serait facile de croire
À un été éternel

Mais pour sûr 
Il n’en sera rien
Le soleil mène son pas
Plus court le jour
Plus tôt le crépuscule

À l’ouest déjà
Les fissures dans la lumière
Les feuilles retroussées
Annoncent la prochaine ondée

De voyage en voyage
Comme des oiseaux migrateurs
Cotonneux et duveteux
Leurs ombres filent un temps
Dont nous sommes étrangers


Véronique

©  Véronique Poussart  2019

dimanche 4 août 2019

Semaine du 4 août 2019

Là-bas

Là-bas
Un peu en dehors des cités conquises
Une vaste plaine
Rouge sèche rocailleuse

Territoire d’une terre soulevée par les vents
Des nuages blancs d’où aucune eau ne coule
Les légendes y circulent
Happées par le tourbillon de l’horizon

Faut-il que tu le traverses
Faut-il l’arpenter de long en large
Et se soumettre à son silence

En bord de terre tu regardes
Écoute et respire
Le silence des grillons
Le frottement des pierres contre le sable

Sous le ciel brûlé des journées d’août
Aucun endroit n’est de tout repos
Rien à toucher rien à prendre
La terre calcinée
S’est répandue sous les pas


Véronique
©  Véronique Poussart  2019

lundi 29 juillet 2019

Semaine du 28 juillet 2019

Baleines à la mer

Les rochers s’arrimaient aux rochers
S’aggutinant de carapaces en carapaces
Faisant front aux vagues
Guerriers de la dernière heure

À peine du sable
À peine du varech
Enlacés entrecroisés
Mariage des ciels mouillés
Des granits et des ressacs

Personne ne va là
Personne ne s’approche
Les craquements de l’eau
Éclatent en secondes mouillées

Un rorqual passe au loin
Plonge sonde et fend le paysage
L’air est gris et mauve et vert
Je l’ai vu de mes yeux vu
Dans la profondeur marine
Gisent des rochers enchantés


Véronique
©  Véronique Poussart 2019

dimanche 21 juillet 2019

Semaine du 21 juillet 2019

Les avoines

Le vent couche les avoines
Derrière les lins bleus
Tombent les pluies


Véronique
©  Véronique Poussart  2019

dimanche 14 juillet 2019

Semaine du 14 juillet 2019

Observations

Nul besoin d’un laboratoire
Pour observer 

Chaque jour donne à voir
Pour peu que
L’oeil et le cerveau s’entraînent

Un passant claudique dans la rue
Sans canne et plein d’ardeur
Et ceux-là portent leur cabas
Pour un pique-nique en famille

Le train n’a plus le même horaire
C’est ce que dit la brume
De l’autre côté du fleuve

Huit cerises rougissent dans l’arbre
Pas encore d’oiseaux pour les picorer
Les roses ha oui les roses
Écloses et s’abandonnant déjà
Devant les chaleurs du jour

Le léger vent du soir
Porteur de fines aventures
Sans cris et sans pathos
Une soirée pour se rappeler les vers de Rimbaud
Écouter les notes s’égrainer
Ella Fitzgerald

Bruits de fougères
Livres de contes
Café du soir
Tout est parfait



Véronique
©  Véronique Poussart  2019

dimanche 7 juillet 2019

Semaine du 7 juillet 2019

Le rose des roses

Elles ont commencé à éclore
Et scintillent au jardin
De loin facile à repérer
De près
Faciles à respirer

Éphémères
Fragiles
Dirait-on
Évocation de vacances
De jardins protégés
De siestes sous l’arbre

Aussi fugaces
Que du soleil sur les murs
Aussi évocatrices
Que de vieilles cartes postales

À cause de leur perfection
De leur aspect un peu suranné 
Leurs pétales s’échouent
Entre les pages d’un livre
Comme un bateau
S’ancrant dans la rade

Le rose des roses
S’est allongé sur la page
C’est ainsi parfois
La nuit


Véronique
©  Véronique Poussart  2019

dimanche 30 juin 2019

Semaine du 30 juin 2019

Falaise

Ce matin-là
Tous les dieux de l’Olympe
D’un commun accord
Avaient illuminé la falaise

Le brouillard se levait
Chantant le chant des baleines
Dans un dernier cri

D’un coup de nageoire
Tout pouvait disparaître
Tomber à jamais
Embruns contre vagues
Buées contre lumière

Véronique

©  2019 Véronique Poussart


Pour accéder au travail de l'artiste, cliquer ici:veroniquepoussart.com

dimanche 23 juin 2019

semaine du 23 juin 2019

Tessons en eau salée

La mer me manque
Trop longtemps
Sans les vagues
Sans les odeurs des rochers
Sans les minuscules organismes
Abrités dans les flaques
Aux reflets de nuages

Les bruits
Les pas sitôt faits
Sitôt effacés
Les marques d’un varech échappé
Se sont cachées
Dans une mémoire indélébile

Je cueille les souvenirs
Comme on ramasse les morceaux
Tessons transportés délavés
Dépolis et adoucis
Au gré des années

Je cueille les bruits de mer
Je les dépose à l’abri
Dans une nacelle sans nom
Que celui de nostalgie

Véronique
©  Véronique Poussart

dimanche 16 juin 2019

Semaine du 16 juin 2019

Le chemin des vacances

Dans le plumier des enfances
Des pastels attendaient

Des rubans entrelacés 
D’anciennes fêtes
Des bougies à moitié consumées
Des mots courts et prévisibles

Quand il est temps de dire
Je t’aime
Quand il est venu celui d'entendre
Je t’aime
Il faut choisir
Le chemin des vacances
Ne pas trop se retourner
Embobiner le présent
Dans un papier nacré

Car pendant que l’on regarde ailleurs
Les fleurs des chèvrefeuilles
Tombent sur les pavés


Véronique
©  Véronique Poussart  2019

lundi 10 juin 2019

Semaine du 10 juin 2017

Orages d'été

Si soudains
Si intenses

Dans l’air
Tout change
C’est le grand charivari
Feuilles à l’envers
Branches au sol

De la fenêtre
Je regarde
Et calcule les minutes

Tout passe
Aussi vite
Qu’une ombre d’oiseau
Déjà autre chose
Déjà c’est fini


Véronique
©  Véronique Poussart 2019
Pour plus d'informations sur l'artiste, cliquer ici

dimanche 2 juin 2019

Semaine du 2 juin 2019

Au pas de course

La nature s’est lancée à corps perdu
Dans ce qu’elle savait le mieux faire
Produire du vert

Parfois
Parfois seulement
Un peu de bleu l’accompagne


Véronique

©  Véronique Poussart  2019

Pour plus d'information, cliquer ici 

dimanche 26 mai 2019

Semaine du 26 mai 2019

Remonter le printemps


Comme un cadran
Remettre à l’heure
Les pousses les bourgeons
Les feuilles presque transparentes

D’une même cadence
Les verts immuables
Les pétales ciselés et crémeux
Des premières fleurs

Les plans les perspectives
Les vues en plongée
Se superposent
C’est une musique
À milliers de notes
Émouvante et somptueuse

La saison tambourine ses rythmes
Imprévisibles tout autant que rodés
Les grenouilles le disent
Dans les mousses et les fossés

Véronique

©  Véronique Poussart  2019


dimanche 19 mai 2019

Semaine du 19 mai 2019

Gordes

L’air y est sec et clair
Les pavés blonds des terrasses
Écrasées de soleil
S’embellissent
À mesure que le temps passe

La mémoire
Pétrit les souvenirs
Les amalgame
Dans les mêmes sillons

Heureux heureux
Qui comme Ulysse
À fait un long voyage

À Saumane
À Gordes
Je flâne encore
Je savoure les olives
Les fruits confits
Les cafés des placettes

Pour ce jour
La pousse des feuilles
Les verts tendres
Les pivoines sortant du sol
Me suffisent à peine
Car foulard au cou
Je me promène
Porte fermée
Je me protège


Véronique

© 2019 Véronique Poussart

Pour plus d'information sur l'artiste, cliquer ici: veroniquepoussart.com

dimanche 12 mai 2019

Semaine du 12 mai 2019


Femme au transat

Hélas! Ce n’est pas moi
J’aurais bien aimé pourtant
Me faire un vague à l’âme
Avec fond de clapotis

Une autre fois peut-être
L’été n’est même pas là
Et les robes restent pendues
Sur les cintres du passé

Véronique
Pour mieux connaître l'artiste, cliquer ici
©  Véronique Poussart  2019

dimanche 5 mai 2019

Semaine du 5 mai 2019

Ode au râteau

Il est aux jardiniers
Ce qu’est la casserole de cuivre aux chefs
L’aiguille à la brodeuse
Le ciseau au sculpteur
La branche à l’oiseau

Confiné dans les appentis de l’hiver
Relégué aux crochets improvisés
Le voilà à nouveau
Géant
Imparable et inouï

Si vigoureux à la tâche
Si hardi à mettre en tas
Feuilles branches voire papiers égarés
Qu’il a depuis belle lurette mérité
Lettres de noblesse
Et témoignages immortels

Un jardin japonais sans lui?
Une terre bien égale pour les radis?
Il réagit à nos désirs
Prenant même les devants quand il le faut

On le pose et se repose
Voilà qu’il en redemande
Insatiable et gourmand de toutes ses dents

Là-bas encore des tiges fanées
Ici des branchages menus
S’il le fallait
Il mettrait même les nuages au pas

S’il a de l’âge on le préfère encore
Obéissant aux coudes et aux poignets
Le voilà qui me réclame
Moi qui n’ai même pas pris le temps
D’une ritournelle ou d’un sonnet


Véronique
©  Véronique Poussart  2019

lundi 29 avril 2019

Semaine du 28 avril 2019

Un oiseau ne fait pas le printemps

On pourrait le croire
À voir passer les oies par milliers

Elles piaillent
Et tout en volant à l’unisson
Elles tracent mon prénom

Étrangement
Parfois en direction de l’est
Parfois en direction du sud
Déterminées
Comme un immense corps
Rapaillant ses morceaux

Si nombreuses
Longeant la falaise
Effarouchées d’un rien
Insensibles au froid
Marquant la distance
Avalant les routes invisibles

J’attends quand même les mésanges
Les orioles les merles
J’attends l’herbe et les crocus
Pour nommer la saison

Véronique
Pour en savoir plus sur l'auteure, cliquer ici
©  Véronique Poussart  2019

dimanche 21 avril 2019

Semaine du 21 avril 2019

Notre-Dame

 D’où que l’on soit
Notre-Dame flambait

De chaque côté de la Seine
De chaque côté de l’océan
Notre-Dame flambait

Mon cœur couleur poussière
Revoyait ses seize ans
La pénombre la lumière
L’écho dans l’air
Tournant autour des colonnes
Une brume fine
De passé qui s’écoule

Des bruits des chuchotements
Des couleurs d’un temps révolu
Morceaux de verre
Brûlés dans les cartes postales

De chaque côté de la Seine
De chaque côté de l’océan
Notre-Dame flambait


Véronique

Pour plus d'information, cliquer ici: veroniquepoussart.com

©  Véronique Poussart 2019

dimanche 14 avril 2019

Semaine du 14 avril 2019

Désir d'été

Comme un désir d’été
Dans le compotier vernissé
Trois pommes à regarder
Trois pommes à croquer

La neige recule
Assiégée
Vaincue 
Par la première douceur

Il faut rendre les armes
Comme elle
Et profiter du dimanche 

Véronique
©  Véronique Poussart 2019